Rencontre avec les créateurs de la marque urbaine Dark&Co

Durée de lecture : 8 minute(s)

Suite à la découverte d’une de leurs vidéos sur YouTube, la rédaction a rencontré les jeunes créateurs de la marque de street wear, Dark&Co, au talent indéniable. Très connus du jeune public, ces jeunes entrepreneurs pas comme les autres ont le sens des affaires et n’oublient pas de prendre du plaisir dans tout ce qu’ils font. Nous avons interviewé deux d’entre eux, Erwan Bongo aka « R-1 »  et  André-Georges Berre aka « Deezy ».

Bonjour, je vous invite à vous présenter à tour de rôle

Bonjour, je m’appelle Erwan Bongo, j’ai 17 ans, je suis en terminale économique et sociale au lycée Blaise Pascal de Libreville. Je suis le leader du groupe, autrement dit le PDG. J’agis globalement sur toutes les branches de la marque (conception des vêtements, gestion des stocks, stratégie marketing, gestion des finances etc…).

Bonjour, je suis Jacques Oyaya Rogombe, j’ai 18 ans, je suis en terminale scientifique au lycée français Blaise Pascal à Libreville, Gabon. J’occupe le poste de Directeur commercial adjoint au sein de la structure Dark&co.

Je m’appelle André-Georges Berre, j’ai 18 ans et je suis en première année d’un degree en business management à l’African Leadership College en partenariat avec la Glasgow Caledonian University localisée à l’Ile Maurice. J’occupe la fonction de Directeur commercial dans l’organisation Dark&Co.

Je suis Messany Rossatanga Rignault, j’ai 17 ans et je suis en terminale L au lycée Blaise Pascal de Libreville. J’occupe la fonction de Directeur de l’information et de la communication au sein de l’entreprise Dark&Co.

Je m’appelle Anthony Digombe Rempanot, j’ai 18 ans je suis en terminale scientifique à l’institut du Marais Charlemagne Polles. Je suis Directeur général au sein de la structure Dark&co en France.

Je suis la seule fille du groupe, Sophia Nguesso et  j’ai 17 ans. Je suis en 1ère au lycée français de Los Angeles. Je suis Directeur général délégué de l’entreprise Dark&Co. Je m’occupe plus particulièrement du Congo Brazzaville.

Je m’appelle Roger Mpega, j’ai 18 ans et je suis en terminale ES au lycée Blaise Pascal de Libreville. Je suis adjoint financier de l’entreprise Dark&Co.

Je m’appelle Nathan Dyel Moussirou, j’ai 17 ans et je suis en terminale littéraire au lycée René Descartes de Libreville. Je suis adjoint financier au sein de la structure Dark&co.

Je m’appelle Mehdi Nzikou, j’ai 18 ans et je suis en terminale scientifique au lycée Blaise Pascal de Libreville.  J’occupe le poste de Directeur financier au sein de Dark&Co.

Comment commence cette belle aventure entre copains ?

[R-1] J’ai toujours adoré les vêtements, et j’en ai toujours faits pour moi. Un été, en 2016, une amie m’a conseillé de me lancer. À ce moment, c’était complètement surréaliste pour moi, et puis au final, il suffisait juste de se jeter à l’eau. J’ai eu envie de faire participer certains de mes amis (ceux qui se sont présentés plus haut), car on a toujours été sur la même longueur d’ondes, notamment en ce qui concerne nos activités (l’airsoft, la mode, la musique en l’occurrence). J’ai donc créé un groupe en disant «les gars, on a une marque maintenant!»

© Dark&Co

Aviez-vous pensé au succès de votre marque ? Comment avez-vous financé votre marque ?

[R-1] Oui évidemment, il est nécessaire d’y penser, car avant de se lancer dans une idée mercantile, notre premier but était de voir des personnes, autres que nous, porter nos créations. Et honnêtement, depuis 2016, la façon dont la clientèle perçoit ce que nous faisons (vêtements, énigmes, vidéos et événements) est à la hauteur de nos attentes voire même au-delà. En dehors de l’idée de « bénéfice » il n’y a pas meilleur ressenti que celui qui s’empare de nous lorsque notre travail est apprécié.

Au début, nous avons sollicité un business-angel, mon papa. D’ailleurs je ne le remercierai jamais assez d’avoir placé sa confiance en moi. Il nous a fait un prêt, remboursable bien entendu, et un mois après le lancement de la marque, nous l’avons remboursé. Pour vous donner un ordre de grandeur nous avons récolté près de 3 fois le montant du prêt, un super bon début pour des adolescents alors âgés de 13 et 14 ans.

Vous êtes une majorité d’étudiants et dispersés  dans le monde, comment conciliez-vous Dark&Co et vos études ?

[Deezy] Oui en effet, c’est le point qui semble le plus compliqué, mais rassurez-vous, nous sommes des bosseurs dans notre groupe. Depuis le début du projet, on a su garder la tête froide face à la pression, et mettre en stand by les projets autour de notre marque lorsqu’il fallait se concentrer à 100% sur l’école, et ce, de manière aussi bien collective qu’individuelle. Ainsi, là où un membre ne peut plus agir, un autre le remplace temporairement, et on avance. Quant à la distance entre nous, les réseaux sociaux et les plateformes de communication nous permettent de rester en lien et de travailler efficacement. Les avantages de notre époque (sourires).

© Dark&Co

Vous prévoyez un grand événement cet été, pouvez-vous nous en dire plus ?

[R-1] Ce qui intéressant  c’est surtout le «plus» de la fin de votre question, pour vous expliquer nos ambitions : plus de clients, plus d’animations, plus d’organisation, plus de vêtements… Le reste, je le garde pour moi. Ce qu’on peut partager avec vous et vos lecteurs, c’est que toute production a d’abord un prototype, comme les iPhones par exemple. Et le « NS » (« Night Show », notre événement de mars 2019) était le prototype du « NIP » (NS 2.0), celui que nous préparons. 10 jours après le Night Show, j’ai commencé à rédiger celui qui arrive, en fonction des retours des clients, et de mon imagination. Ça fait donc plus d’un an que nous travaillons dessus, et dès que les conditions actuelles se seront calmées, nous ne nous contenterons pas juste de vous emmener sur une zone aéroportuaire comme la dernière fois, mais nous vous ferons réellement voyager.  

Vous avez fait en 2018, une vidéo controversée sur votre marque avec des influences du gangsta rap et du cinéma américain, à la rédaction on adore… Vos réactions ?  Quel était le but de cette vidéo? Vous nous avez donné l’impression de « vendre » un concept urbain décalé plutôt que de mettre en avant des produits finis…pourquoi ce parti pris ?

[Deezy] Là, vous vous approchez de la partie la plus intéressante de la marque.  L’objectif de Dark&Co n’est pas juste de vendre des vêtements mais plutôt qu’on lui donne vie, d’ailleurs si on devait personnaliser la marque , ça serait un garçon… On doit envisager notre marque et nos clients doivent aussi l’intégrer, comme une personne à part entière, une personne qu’on suit, qui a tout un univers avec elle, une personnalité mystérieuse, discrète, taciturne… des goûts, une attitude, des couleurs, tout comme une grande sensibilité à la mode, à la musique… des préférences culturelles, des ambitions, des objectifs. C’est ça Dark&Co! On ne raconte pas qu’une histoire, on la vit à 9, on a nos différences, nos divergences même, et on reste sur la même longueur d’ondes. On vit nos vies, on fait vivre notre marque qui grandit avec nous à travers notre vision. Pour revenir sur la vidéo c’est un peu le but aussi, montrer à travers notre marque, ce qui nous plaît à nous, nos centres d’intérêt. Être dans la peau d’un des membres de la Casa De Papel, ou d’un quelconque braqueur de film, c’est quelque chose que tout jeune a toujours voulu ressentir. Alors nous, on n’a pas choisi la voie de ceux qui se contentent de regarder et d’admirer les gens à qui ils aimeraient ressembler, les personnes qui les inspirent…On a décidé de donner vie à nos passions, et de devenir les personnes qui inspirent. On ne se contente pas d’imaginer, on matérialise, on concrétise. On essaie de reproduire le plus fidèlement l’idée qu’on a en tête, aussi fidèlement que l’on peut, sans avoir peur de ce que les autres peuvent en penser. 

© Dark&Co

En résumé, les 3 raisons majeures qui nous ont poussés à réaliser cette vidéo sont : 10% pour la vente de vêtements, 30% pour augmenter notre côte de popularité et faire parler de nous, et enfin, 60% pour nous. Pour satisfaire notre passion. La conduite, les armes, les dérapages, les tenues… Nos influences pour ce tournage étaient dans des productions telles que Fast & Furious, Prison Break, ou encore G.I Joe … Une expérience enrichissante qui nous a permis de nous dépasser et de nous réaliser. C’était inédit, et aujourd’hui, on nous en parle encore. A refaire s’il le fallait,  mais on choisira une période plus clémente pour la chaleur (sourires).

Notre entretien touche à sa fin, comment envisagez-vous le futur de Dark&Co ?

[R-1] En général, on avance en sous-marin et on parle très peu de nos projets. Tout ce qu’on peut dire c’est qu’on travaille dur pour que chaque année soit meilleure que la précédente … Chacun partira dans sa ville respective certes, mais avoir une vision, c’est voir au-delà de la distance.  

To be continued…

Dark&Co

Instagram : dark.and.co

Facebook : Dark & Co

Snapchat : darkandco

Whatsapp : +24162753224

Mail : darkandco.events@gmail.com