Durée de lecture : 7 minute(s)

L’assurance est une opération par laquelle une personne (l’assureur) s’engage à réaliser une prestation, dans le cadre d’un contrat d’assurance, au profit d’un autre individu (l’assuré) lors de la survenance d’un risque, et moyennant le paiement d’une cotisation ou d’une prime. Le risque constitue l’objet de l’assurance. Un assuré contracte une assurance pour se prémunir contre des événements dommageables (maladie, incendie, vol, décès…) ou contre les risques liés à certains objets qu’il possède (automobile, habitation…). En cas de survenance d’un risque, l’assureur s’oblige à verser une prestation sous forme d’argent soit à l’assuré, soit à un tiers, soit au bénéficiaire dans le cadre d’une assurance-vie. En contrepartie de cette prestation, l’assuré verse une prime ou une cotisation à l’assureur. Cette somme correspond au coût du risque et aux frais de fonctionnement de l’assureur. Une assurance doit être souscrite auprès d’une société qui est habilitée à exercer cette activité. Il peut s’agir d’une compagnie d’assurance ou encore d’une banque. La souscription s’effectue par la signature d’un contrat d’assurance. 

Traditionnellement, il existe deux grandes catégories d’assurances : celles qui couvrent une personne physique et celles qui couvrent les biens. Mais, il est également possible de souscrire plusieurs assurances dans un même contrat. Dans ce cas précis, on parle alors de « multirisque ». L’assurance de personnes a pour objet de couvrir les risques relatifs aux individus comme les accidents corporels, la maladie, le décès ou encore l’invalidité. On distingue la prévoyance (garantie emprunteur, indemnités journalières, rente éducation…) et la santé, laquelle est subdivisée en deux catégories bien distinctes : la garantie obligatoire (sécurité sociale) et la garantie complémentaire (mutuelle, assureurs…). L’assurance de personnes peut être souscrite soit à titre individuel, soit à titre collectif. Certains contrats permettent la constitution et le versement d’une épargne sous forme de capital ou de rente. C’est notamment le cas d’une assurance vie.

L’assurance-vie, une assurance pour la vie

L’assurance-vie est un contrat par lequel l’assureur s’engage, en contrepartie du paiement de primes, à verser une rente ou un capital à l’assuré ou à ses bénéficiaires. Après ouverture du contrat par un versement initial, il est possible d’effectuer des versements, réguliers ou non, sans limite de montant.

Il peut être utilisé comme un produit d’épargne à moyen ou long terme. À l’issue du contrat, l’assuré ou ses bénéficiaires peuvent récupérer les sommes investies, augmentées des gains éventuels et diminués des frais (de dossier et de gestion notamment). Cette assurance a de nombreux avantages. Elle permet de se constituer un capital sur le long terme.

L’assurance des dommages (IARDT-incendie, accidents, risques divers et transport-), quant à elle, permet d’obtenir une indemnisation en cas de sinistre. Elle regroupe à la fois la protection de responsabilité (responsabilité civile, responsabilité civile familiale ou responsabilité professionnelle) et celle de biens (dommages causés au véhicule, protection des biens meubles ou immeubles). Par exemple, en cas d’accident de la route, elle garantit entre autres l’indemnisation des dommages subis par la voiture et s’avère donc nécessaire. On distingue deux niveaux de garanties dommages : la garantie dommages collisions (permettant à un assuré de bénéficier d’une indemnisation en cas d’accident responsable avec la présence d’un tiers identifiable) et la garantie dommages tous accidents (permettant à un assuré de bénéficier d’une indemnisation en cas d’accident responsable même en l’absence de tiers).

Au Gabon, ses prestations sont offertes par une dizaine d’assureurs, dont les majors sont Assinco, Sunu Assurances, Ogar-Ogarvie, Axa Gabon, Gras Savoye Gabon, NSIA, Ascoma, SCG-Ré, etc. Si le Groupe Sunu revendique le leadership dans la branche Vie, Assinco règne en maître sur le marché Dommages. En 2019, le secteur des assurances s’est assez bien comporté. Sur les neuf premiers mois de l’année, l’activité du pôle assurances a enregistré une croissance du volume de primes encaissées, avec un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 10,5% à 53,49 milliards de francs CFA par rapport à la même période en 2018, sous «l’effet conjugué d’une hausse soutenue des émissions Non Vie et Vie/capitalisation», d’après la direction générale de l’Economie et de la Politique fiscale. Si cette croissance est appréciable, elle n’a cependant pas atteint le volume historique de primes collectées au cours des neuf premiers mois de l’année 2016, qui s’évaluent à 73,14 milliards de francs CFA.

Assinco leader du marché dommages depuis 2018

Créée en 1997, Assinco a gravit les échelons au point de hisser en tête du marché national l’IARDT (incendie, accidents, risques divers et transport) et de l’assurance crédit-caution. En 2018, la compagnie d’assurance, filiale à 60% de BGFI Holding Corporation, a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 12% à 19,71 milliards de francs CFA, contre 17,56 milliards en 2017. 

Son réseau commercial porte sur une quinzaine de courtiers dont les principaux de la place gabonaise représentent plus de 80% du volume des primes encaissées. La compagnie cible essentiellement trois segments de clientèle : les grandes entreprises pour les gros risques industriels et commerciaux, les PME/PMI, ainsi que les particuliers (pour ces derniers, principalement les assurances auto, habitation, individuelle accidents, RC chasse et RC vie privée). La société au célèbre slogan « Le risque maitrisé, l’avenir assuré », emploie une soixantaine de salariés. 

Les assureurs cohabitent généralement avec des courtiers en assurance. Le courtier ne vend pas directement de contrats d’assurance à ses clients. Il les aide à en acheter. En cela, son rôle de conseil est essentiel. Il a une connaissance approfondie du marché de l’assurance, et se tient informé de ses évolutions. De manière détaillée, son rôle est de proposer les contrats les mieux adaptés au profil de ses assurés, en termes de protection, de garanties ou encore de tarifs. C’est ensuite lui qui s’occupe du montage administratif du contrat et qui en négocie les conditions. Pendant la vie du contrat, son rôle est aussi d’assister les assurés lors la gestion des sinistres. Enfin, il propose souvent des prestations complémentaires de conseil ou encore de gestion des risques. En 2018, l’activité a généré près de 80% des primes des sociétés d’assurance. Les primes reçues par les intermédiaires ont cependant régressé de 2,1%, à 9 milliards de francs CFA, contre 9,2 milliards en 2017. Le courtage d’assurance est dominé par Ascoma. Le marché gabonais compte 34 sociétés de courtage d’assurance.

Au Gabon et dans 13 autres pays, le marché des assurances est régulé par la Conférence interafricaine des marchés d’assurance (CIMA). Evolution de la Conférence internationale des contrôles d’assurance (CICA, née le 17 juillet 1962), la CIMA a plusieurs missions comme renforcer la coopération dans le domaine des assurances, développer les organismes d’assurance et de réassurance pour la gestion des grands risques, contrôler les sociétés d’assurance, avec le pouvoir d’injonction et de sanction, encourager le développement de la branche « vie » pour contribuer à une meilleure allocation de l’épargne, etc. Cet organisme communautaire basé à Libreville, est également le garant du Code des assurances, applicable dans l’ensemble des pays membres depuis le 15 février 1995. La réglementation porte à la fois sur les contrats d’assurance, les méthodes d’indemnisation des victimes d’accidents automobiles avec un barème indemnitaire, le fonctionnement des sociétés et les obligations incombant aux agents généraux et aux courtiers.

Métiers des assurances : où se former au Gabon ? 

Un large éventail de formations spécifiques à l’assurance ou généralistes permettent d’intégrer le secteur de l’assurance. Si l’offre n’est pas très fournie, certains établissements d’enseignement supérieur proposent quelques formations. L’un des plus prestigieux est BGFI Business School (BSS), qui propose un cursus professionnalisant en Licence 3 Assurance

et Master en Banque-Finance (option Banque IBT et Assurances). Cet établissement a l’avantage de pouvoir orienter ses meilleurs éléments vers Assinco, filiale de BGFI Bank, leader national sur le marché de l’IARDT (incendie, accidents, risques divers et transport) et de l’assurance crédit-caution. Institut supérieur de formation agréé, l’Institut des techniques avancées (ITA), pour sa part, forme également en Licence professionnelle en Banque-Finance. Unité pédagogique,