Durée de lecture : 2 minute(s)

Cet outil vise à assurer la fluidité du trafic commercial régulier, à automatiser le calcul des droits et taxes, à accroître l’efficacité des contrôles douaniers, à assurer la perception des recettes et l’application uniforme de la réglementation. À ce jour, le logiciel représente le plus grand programme de coopération technique et de renforcement des capacités au monde. Il est utilisé dans plus de 90 pays où il traite, chaque année, plus de 15 millions de déclarations douanières d’importation ou d’exportation. 

Logo de SYDONIA

Au Gabon, le nouvel outil a été déployé en deux phases au port d’Owendo, la première phase consistant il y a plusieurs années, à migrer de Sindara vers Sydonia ++. Depuis août 2019, le pays fait l’expérience de Sydonia World vers lequel il a migré au niveau du port d’Owendo, en janvier 2020. «L’implémentation du nouveau système automatisé de dédouanement,  Sydonia World, constitue un véritable atout pour l’action de l’administration des Douanes qui doit améliorer sa performance», a reconnu le ministre de l’Économie. «Par ailleurs, il s’inscrit dans le cadre de la modernisation du système d’informations des Douanes», a ajouté Jean-Marie Ogandaga.

En d’autres termes, cet outil vise à booster les capacités de recouvrement des finances publiques. Tout comme il vient renforcer le processus de mobilisation des recettes, en plus d’assurer la sécurisation des marchandises au niveau des ports et aéroports. Autres avantages : la dématérialisation (car les opérateurs ne sont plus en contact avec les inspecteurs des Douanes) et l’amélioration de la gestion des régimes douaniers. «Sur la base de nos prévisions, il devrait y avoir une amélioration des recettes douanières de l’ordre de 15 à 20%», a assuré le patron de la Direction générale des Douanes et droits indirects (DGDDI). Dieudonné Lewamouho Obissa est conscient cependant que cet horizon ne sera possible que lorsque l’utilisation du logiciel sera optimale et couvrira l’ensemble du territoire national.

conteneurs sur port
© Steve Jordan AFP

«Nous disposons justement d’un chronogramme d’actions pour atteindre cet horizon. Nous pensons qu’à la fin de l’année 2020, l’ensemble des sites douaniers du pays aura migré vers Sydonia World. Nous sommes actuellement sur le bureau 110 de l’ancien port d’Owendo. Nous avons déjà terminé avec le New Owendo International Port (NOIP, ndlr). Fin mars, nous allons toucher les autres bureaux de Libreville, c’est-à-dire l’aéroport, le port-môle, les colis postaux et Nkok. À partir d’avril, nous allons attaquer l’intérieur du pays. Ce qu’il faut comprendre également, c’est que nous sommes assujettis à d’autres contraintes qui sont à la fois financières et techniques. Car, nous travaillons avec des prestataires extérieurs qui nous aident à placer les équipements sur les différents sites douaniers»,a détaillé Dieudonné Lewamouho Obissa.

Sydonia World est donc un précieux outil dans le processus de modernisation des Douanes. D’autant qu’il est parfaitement compatible avec l’Accord sur la facilitation des échanges (AFE) de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). En vigueur depuis 2017, cet accord historique vise à réduire les formalités douanières, à faciliter les échanges commerciaux entre pays en simplifiant les procédures douanières, à accélérer le dédouanement des marchandises, à encourager la coopération entre services douaniers et plus généralement, à accélérer et à faciliter la circulation transfrontalière des marchandises.

conteneurs sur le port
© Bolloré